Cadre 9
L'abbé Bertin Glaude

L'abbé Glaude à son bureau
Collection: Rosière-Marenne
P1000372

Ordonné prêtre le 30 juillet 1939
Collection: Rosière-Marenne
P1000475

Communion solennelle à Noville
Collection: Rosière-Marenne
P1000481

Saint Nicolas
Collection: Rosière-Marenne
P1000479

Gouter des ainés
Collection: Rosière-Marenne
P1000480
 
Prisonnier de guerre au Stalag 11 B


L'Abbé Glaude au Stalag
derrière les barbelés
Collection: Rosière-Marenne
P1000471
De 1940 à 1945


KDO 893
Collection: Rosière-Marenne
P1000485

SIBRET PENSE A VOUS
Collection: Rosière-Marenne
P1000484

Entouré de ses confrères
à Hallendorf
le 1er janvier 1944

Collection: Rosière-Marenne
A


Lettre envoyée à sa maman le 8 décembre 1940
Collection: Rosière-Marenne
P1000482
 

C'était notre curé,
C'était notre ami...



Dernière feuille paroissiale de Mr le Doyen Glaude
Collection: Rosière-Marenne
P1000483

Cet au revoir fut un adieu...


L'avenir du Luxembourg
du 6 mai 1980
Collection: Rosière-Marenne
P1000477

L'avenir du Luxembourg
du 7 mai 1980
Collection: Rosière-Marenne
P1000476

Par son humilité, sa générosité, sa miséricorde, son dévouement sans limites, l'abbé Glaude fut vraiment le témoin et le représentant du Christ au milieu de son peuple.
Ce fut pour nous tous une grâce de côtoyer ce prêtre et un privilège de connaître cet homme d'exception.
Prisonnier de guerre en Allemagne, il aurait pu, comme prêtre, regagner son pays, retrouver sa famille et reprendre ses fonctions d'éducateur au Petit Séminaire de Bastogne. C'est librement qu'il choisit de rester parmi ses compagnons de captivité, quittant même un camp relativement confortable pour en rejoindre un autre où les conditions de survie étaient plus pénibles. Son altruisme était tel qu'il confiera plus tard : " Le plus beau jour de ma vie a été celui où j'ai décidé de rester au milieu de mes camarades. "
C'est librement aussi qu'à son retour, en juin 45, il accepta de continuer la vie de baraque dans un village anéanti et parmi une population meurtrie. Pendant des années il partagea l'infortune de ses paroissiens.
Le temps passa, les plaies se cicatrisèrent, l'abbé Glaude fit reconstruire sa chère église et restaurer les chapelles avoisinantes, s'associant aux joies comme aux peines de ses ouailles, dévoué à tous et spécialement aux malades à qui il vouait une tendresse particulière et aux enfants pour qui il avait toutes les bontés et toutes les indulgences.
Bertin Glaude donnait sans compter, allant parfois jusqu'à se dépouiller pour secourir celui qui frappait à sa porte. Croyant ou incroyant, pratiquant ou non, ami ou inconnu, chacun était accueilli avec bienveillance et cordialité. On disait de lui : " Notre curé n'a qu'un défaut : il est beaucoup trop bon. "
Ce prêtre s'était à ce point identifié à ses paroissiens que ceux-ci ne pouvaient concevoir son départ. Lorsque l'Evêché lui assigna de nouvelles fonctions, une délégation de Noville s'en alla spontanément vers Namur pour demander le maintien de ce père dans sa grande famille. Et, bien plus tard, durant la maladie qui devait l'emporter, tous ses amis se relayèrent à son chevet et l'accompagnèrent jusqu'à ses derniers instants.
C'est au milieu d'eux qu'il repose comme il en avait si souvent exprimé le souhait.

Collection: Rosière-Marenne
A

Souvenir
Collection: Rosière-Marenne
P1000474

Souvenir
Collection: Rosière-Marenne
P1000473