Eglise Saint Etienne à Noville

et un peu l’historique du village de Noville.

Quelques dates:
- Epoque romaine: Il fut une “centurie” c’est-à-dire une entité à la fois politique, militaire et administrative. Il était reliée au camp de Cologne par une chaussée de Noville vers Michamps qui rejoignait la chaussée Reims-Cologne.
Découverte de ruines d’une villa romaine au lieu-dit "Aux Magiets” (maceriae = ruines).
La chaussée de Noville vers Michamps = chemin des morts.
- IX - XIe S : Très ancienne paroisse vers 893,elle était possession de l’abbaye de Prüm. Elle passa, vers le Xle s., entre les mains des familles seigneuriales de Noville.
- XIII et XIVe s. : Le 09-04-l342, la maison et la forteresse de Noville passent à Jehan, sire de Jemeppe, chevalier, suite au décès de Thomas de Noville, père de Catherine, sa femme. Le fief de Noville relève du château de la Roche.
- Noville = Nouville = Nova Villa.
- 1579 : Premiers registres paroissiaux. l’église fut plusieurs fois détruite et reconstruite. N’a pas toujours été située à l’emplacement actuel.
- 1602 : L’église fut brûlée par une bande de pillards hollandais qui firent une incursion dans le Luxembourg. ne pouvant pénétrer dans Bastogne, trop bien défendue, ils se répandent dans le “plat pays” y semant la désolation, pillant, brûlant, tuant... A Noville "tout ce village a été brûlé par l’ennemi avec les moyens des pauvres gens. "(Commissaires du dénombrement en 1604).
- 1776 : Depuis le 15 mars, création d’un service des postes et messageries. Les diligences circulaient sur la route Bastogne Houffalize pour relier Arlon à Liège. Ce voyage se faisait en 13 heures, par beau temps. La malle ou “Patache” quittait Arlon à 6h du soir, traversait Bastogne à 10h, Noville à llh, Houffalize à minuit et atteignait Liège à 7h du matin. (Moyenne 10 à 12 km à l’heure.)Les relais permettaient aux postillons de changer de chevaux. (Deux chevaux, parfois 4 et même 5)
- An X (1802) : Par la loi du 15 ventose (6 mars 1802) la commune de Noville, canton de Bastogne, comprend les villages de Arloncourt, Bourcy et moulin, Cobru Wez, Foy, Michamps, Noville, Oubourcy, Recogne et Vaux.
- 1821 : Noville compte 78 habitants.
- 1830 : Elections communales du 20 octobre.
Le sieur Gadisseux P(ier)re François a été proclamé bourgmestre.
Les sieurs Henquinet Jean Jacques, Collard Henri Dieudonné, Baland Jean Louis et Rollus Jean François ont été proclamés conseillers.
A cette époque, les communes font partie du Grand-Duché de Luxembourg, la séparation n'intervenant qu'en 1839.
- 1840 : Construction de la “route royale” Bastogne-Houffalize.
- 1874 : Construction d’une nouvelle église de style néo-gothique en croix latine. Clocher de 32 m de haut.
De l’ancienne église, incendiée par les hollandais, subsistait toujours, entouré de l’ancien cimetière, l’abside qui fut aménagé en calvaire-reposoir.
L’église était vaste car elle devait accueillir, sur de longs prie-dieu, à la fois les paroissiens du village et ceux des quatre autres sections englobées dans le territoire de la paroisse de Noville.
- 1880 : Installation d’une distribution d’eau “sectionnaire” c-à-d qui appartenait aux gens du village.
- 1884 : Le projet de passage de la ligne de chemin de fer Bastogne-Gouvy par Noville est refusé par 1'Administration communale, d’où son passage par Bourcy!
- 1899 : reprise de la distribution d’eau par la commune.
- 1913 : A l’église paroissiale, le long de la grand route également, fut adjoint un nouveau presbytère, “demeure du curé”, construit aussi en moellons de grès du pays et avec un toit d’ardoises, entouré d’un grand jardin à la fois décoratif et utilitaire.
- 1914 : Entrée en vigueur de la loi imposant l’obligation scolaire des enfants de 6 à 14 ans.
- 1914-18 : Environ 400.000 soldats allemands vont défiler à Noville, à pied ou à cheval. Des réquisitions de chevaux, ou d’écuries pour les loger eurent lieu, mais la population n’en fut pas tellement atteinte.
Bricolage” par Maxime Braquet d’un système de distribution d’électricité desservant Noville et Vaux, au départ d’une turbine actionnant une dynamo (110 volts continu)installée au moulin de Vaux. Jusqu’en 1922. L’ancien presbytère, ayant son entré route de Bourcy, a servi de local de ravitaillement officiel.
- 1925 septembre : Grandes manœuvres de l’armée belge. Sur le dessus de Noville, à gauche en montant vers Bourcy, fut aménagé un terrain d’aviation. Pendant plusieurs mois, une douzaine de majestueux biplans y décollaient et atterrissaient plusieurs fois par jour. Comme poste d’observation, on amena un immense ballon captif.
- 1929 : Installation officielle de l’éclairage électrique par Comardenne.
- 1940-1945 : 10 mai 40,vers 05.30h,lancement de tracts par un avion, à basse altitude : promesses et menaces. Noville n’eut pas à souffrir de l’avance allemande. Plusieurs jeunes-gens ainsi que quelques familles quittèrent, mais beaucoup d’entre eux ne tardèrent pas à rentrer.
Tout comme en 14-18 les cloches furent enlevées par l’ennemi. 10-09-44, précédés par des résistants, les premiers fantassins américains passèrent sans s’arrêter, venant de Bastogne et se rendant à Houffalize.
Trois mois plus tard toute la région allait être broyée par une formidable rafale de dévastation. Le 18-12-44 le groupe blindé Desobry gagne Noville pour barrer la route de Bourcy Le 19,au matin, doit faire face à la première attaque entre Noville et Bourcy. Après une lutte de 24 heures, malgré les renforts, son acharnement et un combat héroïque contre les chars allemands arrivants de 3 côtés (Vaux, Houffalize et Bourcy),le groupe Desobry commence une pénible retraite vers Foy. Il reste 4 blindés sur 15. Perte de 13 officiers et 213 hommes. Mais la 2e Panzer avait été arrêtée un jour entier.
Pour les habitants de Noville, le calvaire ne faisait que commencer; il allait durer 30 jours. Les combattants de 2e Panzer division qui pénétrèrent dans le village, le 20-12 après-midi, furent suivis par un commando de représailles qui reprocha aux habitants leur attitude lors de la libération en septembre. 16 hommes furent arrêtés le lendemain, 8 d’entre eux furent fusillés vers midi, sans que la moindre accusation ait pû être retenue contre eux. Ces assassins étaient de nationalité française. Ce détachement quitta Noville pour Foy et Vaux et se dirigea vers Houffalize, jalonnant son chemin de nouveaux assassinats Au cours de cette offensive von Rundstedt, qui dura jusqu’au 15-01-45, le village de Noville, considéré comme un point stratégique par les belligérants, fut pris et repris successivement cinq fois par les armées en présence.
Les bombardements détruisirent complètement le village. ll n’y avait plus de presbytère ni d’église; toutes les tombes du cimetière, ou à peu près, furent éventrées; maison communale, écoles, habitations, tout avait été saccagé dans la tourmente.
Pour la rentrée de septembre, une équipe de restauration avait construit sur le terrain Collette-Marcourt un baraquement pour l’école et un pour l’église.
- 1951 : Tous les enfants de Vaux ne sont plus obligés de faire à pieds, matin et soir, le long chemin de Noville. Un baraquement de chez Rollus fut aménagé en école et le conseil communal décida d’en construire une. Terminée en 1955, cette école devra fermer ses portes en 1976, à cause du nombre trop faible d’élèves et de la nouvelle législation.
- 1954-55 : Une église de style d’avant-garde dans son architecture extérieure et sa décoration intérieure a été reconstruite. Les cloches récupérées à Hambourg sont replacées dans le clocher, après avoir été suspendues à un chevalet pour le baraquement servant d’église provisoire.
(Jean-Marie DIDIER)
(Extrait de “Noville et ses Ecoles” par le Comité des Parents - 1988.)